Quelques jours avant Noël, une seule et unique chanson est sur toutes les lèvres, la très connue Douce Nuit, Sainte Nuit. Mais saviez-vous que ce chant a été entendu pour la première fois il y a 200 ans en Autriche ?

C’est en 1816 à Oberndorf près de Salzbourg que le prêtre Joseph Mohr écrivit un poème d’une grande importance durant une période difficile. L’Europe sortait d’une période de guerre et se retrouvait dans une phase de reconstruction. Le désir de paix n’avait jamais été aussi grand. Ce poème ne deviendra un chant que deux années plus tard, en 1818, avec une mélodie composée par Franz Gruber. C’est cette même année au réveillon de Noël que Douce Nuit, Sainte Nuit fut chanté pour la première fois durant la messe de minuit dans l’église Saint-Nicolas d’Oberndorf. Bien que celle-ci fut détruite à la fin du 20e siècle, on trouve à sa place aujourd’hui une chapelle construite peu de temps après en mémoire de la Sainte Nuit, la Stille Nacht Gedächtnis Kapelle.

De Salzbourg au monde entier

Douce Nuit, Sainte Nuit se répandit comme une traînée de poudre dans les pays germanophones, plus particulièrement dans la vallée Zillertal à Fügen. Grâce à un groupe de chanteurs originaires de cette ville, notre chant de Noël arriva dans le Nouveau Monde, en Amérique du Nord, en 1839 où il fut chanté pour la première fois à New York devant le mémorial d’Alexander Hamilton sur le cimetière de l’église de la Trinité à Manhattan. Choral of Salzburg fut curieusement son premier nom avant de devenir Silent Night en 1943.

Traduite dans plus de 100 langues

Douce Nuit, Sainte Nuit est le chant de Noël le plus traduit au monde : il existe non seulement en allemand, en français et en anglais (l’interprétation de Bing Crosby en 1935 restera à jamais marquée dans nos esprits), mais aussi en chinois, en vietnamien ainsi qu’en latin.
Il est désormais connu dans le monde entier et est même devenu en 2012 le sujet d’une production de cinéma américaine.
Depuis 2011, Douce Nuit, Sainte Nuit est classé au patrimoine culturel immatériel de la commission autrichienne de l’UNESCO.

partition-c-stillenachtverein

Vous souhaitez en savoir plus ?

L’hôtel Kaiserhof et la Pension Schierl sont situés dans les environs de la commune d’Oberndorf. Depuis ces hôtels, vous pourrez partir en excursion afin de mieux découvrir les endroits où a été écrit notre chant. Et n’oubliez pas de visiter le musée dédié à ses origines près de la chapelle (Stille-Nacht und Heimatmuseum, Stille-Nacht-Platz 7, 5110 Oberndorf bei Salzburg).

♥ Douce Nuit, Sainte Nuit chantée par les Petits Chanteurs de Vienne, Wiener Sängerknaben, en 1977 :

[Douce nuit, sainte nuit ! / Dans les cieux ! L’astre luit. / Le mystère annoncé s’accomplit / Cet enfant sur la paille endormi /C’est l’amour infini ! {x2}

Saint enfant, doux agneau ! / Qu’il est grand ! Qu’il est beau ! / Entendez résonner les pipeaux / Des bergers conduisant leurs troupeaux / Vers son humble berceau ! {x2}

C’est vers nous qu’il accourt / En un don sans retour ! / De ce monde ignorant de l’amour / Où commence aujourd’hui son séjour / Qu’il soit Roi pour toujours ! {x2}

Quel accueil pour un Roi ! / Point d’abri, point de toit ! / Dans sa crèche il grelotte de froid / O pécheur, sans attendre la croix / Jésus souffre pour toi ! {x2}

Paix à tous ! Gloire au ciel ! / Gloire au sein maternel / Qui pour nous, en ce jour de Noël / Enfanta le Sauveur éternel / Qu’attendait Israël ! {x2}]

Crédit photos : Stille Nacht Verein

Facebook
Twitter
Pinterest