Quelle aubaine ce mois de mai, avec ses nombreux weekends prolongés… il aurait été bien malheureux de ne pas en profiter ! Cette fois-ci j’avais choisi comme destination la ville médiévale de Radstadt – accessible en 50 min. à peine en voiture depuis Salzbourg – plus précisément celle de l’hôtel Zum Jungen Römer (littéralement « l’hôtel au jeune Romain »).

Situé au départ même du terrain de golf de Radstadt, l’hôtel en est un membre fondateur. Une situation dont il fait profiter ses hôtes golfeurs, avec des tarifs avantageux sur le greenfee et un accès gratuit au practice et au putting green.
L’endroit est aussi séducteur pour les cyclistes, qui peuvent rejoindre directement de là la piste longeant la rivière Enns, l’Ennsradweg. Pour cela, la maison prête gratuitement ses VTT ou propose, contre supplément, des vélos électriques.

Vue depuis l'Hotel Zum Jungen Roemer sur remontees mecaniques

Seulement un champ à traverser jusqu’aux remontées mécaniques

Et bien sûr, en hiver, il y a le ski : 100 mètres à peine nous séparent des remontées mécaniques ; il suffit de traverser le champ et on y est – autrement, une navette s’arrête devant la porte de la maison et nous y emmène aussi.
Le domaine Radstadt-Altenmarkt (18 km de pistes de tous niveaux) est relié au vaste et renommé Sportwelt Amadé, dont fait partie également Flachau : lieu réputé pour ses épreuves mondiales de slalom nocturne et qui a vu naître quelques grandes vedettes autrichiennes (notamment Hermann Meier, Hannes Reichelt ou encore Michael Walchhofer).

 

Mais revenons-en peut-être à mon weekend…

J’arrive à l’hôtel à l’heure du goûter : délicieux gâteaux et strudels faits maison. Le ciel se couvrant peu à peu, je m’installe d’abord tranquillement dans ma chambre, un studio lumineux et spacieux, avec un large balcon donnant sur le jardin et une grande salle de bains avec son carrelage signé « Junger Römer ».

Puis, je pars en quête de la piscine et du sauna….

Et là, ô bonheur : personne à l’horizon ! La piscine et le Jacuzzi sont à moi. Je bulle un peu, perdue dans mes rêves ; puis je fais quelques brassées dans le bassin (je ferai toutefois l’inverse le lendemain car l’eau de la piscine semble quelque peu froide après le Jacuzzi) ; pour finir, je m’accorde un peu de lecture (et de sieste) dans la salle de détente.

À l’heure du dîner, j’ai le plaisir de voir M. Stiegler présenter en personne ses hommages à un couple de clients fidèles au Junger Römer depuis 10 ans, visiblement surpris et touchés à la fois du geste du propriétaire. Ce dernier fait un tour des tables pour saluer ses hôtes, échanger quelques mots et expliquer le déroulement du dîner aux nouveaux arrivés. Ambiance très agréable dans un joli cadre. Quand la météo est clémente, le dîner peut être servi dans le jardin d’hiver. Tout comme le petit-déjeuner est possible en terrasse par jour de beau temps.

Pendant ma visite de l’hôtel avec Frau Erni, la très charmante réceptionniste, je ne manque pas de remarquer la touche personnelle de la maîtresse de maison dans la décoration intérieure. Je garde en mémoire ces petites lampes et meubles anciens disposés ci et là dans les couloirs. Et dans certaines chambres doubles, la télévision intégrée, tel un tableau, dans un cadre doré.

Junger Römer Mai 2018 Lampe Gang

Et Radstadt, alors ?

Je décide de rejoindre le centre-ville à pied : une agréable ballade de 20 minutes, sous un soleil radieux, entourée de papillons virevoltant d’une fleur à l’autre, accompagnée du parfum de l’herbe fraîchement coupée et du chant des oiseaux ; une fête pour tous les sens.

Sentier historique Millenimuspfad Radstadt

Sentier historique Milleniumspfad, Radstadt

C’était justement jour de marché, avec une multitude de produits régionaux. Je flâne sur le Walk of Sports, comparable au Walk of Fame à Hollywood ; seulement ici les étoiles sur le trottoir rendent hommage aux vainqueurs olympiques et champions mondiaux et européens de la région. J’arrive ainsi sur la terrasse d’une auberge typique avec vue sur l’hôtel Zum Jungen Römer et le Massif des Radstädter Tauern. Je reconnais alors cette terrasse visible depuis l’hôtel le soir, car située en hauteur et illuminée de maintes guirlandes dans les arbres.

En partant, je me retrouve directement sur le sentier de promenade « Milleniumspfad », qui mène le long des murs fortifiés vers le centre-ville et raconte sur 33 panneaux différents l’histoire de Radstadt, du Pays de Salzbourg et de l’Autriche.

Retour à l’hôtel – changement de programme : j’emprunte un vélo et découvre l’Ennsradweg en pédalant vers Altenmarkt. Longeant la petite rivière Enns ou flottillent une maman canard et ses petits, je pourrais ainsi pédaler des heures et des heures.

Junger Roemer, vue depuis la chambre

Vue depuis mon balcon, le soir

Toutefois, le soleil est au zénith et je retourne me réfugier dans la fraîcheur du jardin de l’hôtel.

Le reste du séjour défile entre les sorties à vélo, une excursion à Schladming et du repos à l’hôtel. Je retourne vers ma ville de Salzbourg en rêvant à un éventuel séjour d’hiver pour redécouvrir les plaisirs du ski de fond (la piste passe devant l’hôtel) et m’émerveiller pendant la période de l’Avent devant les crèches décorant la vieille ville scintillante.

 

 

****

La rumeur court que quelques membres de l’équipe nationale autrichienne de football se seraient arrêtés à l’hôtel Zum Jungen Römer la veille de mon arrivée, avant de se rendre à Klagenfurt pour affronter l’Allemagne – rencontre d’ailleurs gagnée par les Autrichiens, aussi incroyable que cela puisse paraître ! M. Stiegler sut consoler ses hôtes allemands… grâce à quelques verres d’eau de vie !

 

 

Rédaction : Maria Wiendl, Emmanuelle Bouzigon | Photos : Maria Wiendl

Facebook
Google+
https://blog.autriche.com/2018/08/15/mon-weekend-au-roemer/
Twitter
Pinterest